Une enquête réalisée par le Ministère de l’Education Nationale en juin 2012* a montré que les élèves français, de 14 à 16 ans, ont un moins bon niveau en langues étrangères que leurs confrères européens. Mais, aussi, qu’ils ont un meilleur niveau en espagnol qu’en anglais… Serait-ce parce que apprendre l’espagnol c’est facile pour les français ? Il faut croire. Du moins, nous l’entendons souvent en tant que francophones. Pourquoi ? quels avantages avons-nous sur l’apprentissage de l’espagnol par rapport aux germanophones ou aux anglophones ? Découvrez notre autre partie du sujet sur l’espagnol facile : nous vous y donnons toutes les astuces pour apprendre l’espagnol facilement.

pourquoi-lespagnol-est-facile-pour-les-francais--mosalingua

Apprendre l’espagnol c’est facile pour les français…

Il est fréquent d’entendre que l’apprentissage de l’espagnol est plus facile pour les français que pour les anglophones ou encore pour les germanophones. S’il est difficile d’affirmer qu’une langue est plus simple à apprendre qu’une autre, le fait que l’apprentissage de l’espagnol soit plus accessible pour les francophones s’avère plutôt vrai. Et ce, pour plusieurs raisons que nous vous présentons aujourd’hui.

Cela dit, même si apprendre l’espagnol c’est facile pour les français, cela n’exclut pas de travailler ! S’il n’est pas trop compliqué d’atteindre un niveau basique en espagnol, il faut tout de même faire des efforts pour atteindre un bon niveau. C’est ce que nous verrons dans la deuxième partie de cet article.

Français et espagnol, deux langues romanes

Au cours de votre apprentissage du castillan, vous allez rapidement vous rendre compte que de nombreux mots espagnols sont similaires à leur traduction française. Il existe de faux-amis, des mots qui ont des similitudes grammaticales mais une signification différente… Malgré tout, beaucoup de termes sont bel et bien de vrais amis. Des exemples ? Familia et famille, vender et vendre, abandonar et abandonner. Et nous pourrions continuer ainsi longtemps.

La raison vient d’une origine commune : la langue romane, aussi connue sous le nom de langue latine. Le français et l’espagnol sont en effet deux langues issues de cette langue romane. Ils sont tous deux considérés comme des dialectes du latin et font donc partie de la même famille linguistique. Le français a évolué par rapport au latin, en incorporant du vocabulaire issu du gaulois. Et l’espagnol a évolué de son côté en incorporant du vocabulaire des dialectes régionaux.

Aussi, il faut savoir que le catalan (parlé au nord-est de l’Espagne) et l’occitan (anciennement parlé dans le sud de la France), deux langues romanes ayant influencé l’espagnol et le français, se ressemblent beaucoup. Certains disent même qu’il s’agit de la même langue… aux accents différents (à confirmer !).

pourquoi-lespagnol-est-facile-pour-les-francais--mosalingua

Résultat, beaucoup de mots espagnols et français ont une racine similaire. Même si la ressemblance n’est pas parfaite, il suffit d’un minimum de déduction parfois pour comprendre la traduction d’un mot espagnol en français. Par exemple :

  • adorare en latin, adorar en espagnol, adorer en français.
  • accidens en latin, accidente en espagnol, accident en français.
  • abusivus en latin, abusivo en espagnol, abusif en français.

L’accord en genre et en nombre : similaire dans les deux langues

En espagnol comme en français, les noms, les adjectifs et les verbes s’accordent en genre et en nombre. Là encore, cette particularité vient de la langue romane. A toutes celles et ceux qui ont fait du latin, souvenez-vous des déclinaisons : ce n’était pas le plus fun à l’époque, et pourtant c’est le plus utile aujourd’hui. Surtout pour vous aider à apprendre de nouvelles langues étrangères latines.

Vous ne verrez peut-être pas en quoi cet accord en genre et en nombre vous simplifie l’apprentissage de l’espagnol. Mais, mettez-vous à la place d’un anglophone, l’espace de quelques minutes. Eux n’ont pas cet accord en genre et en nombre. Un arbre est a tree en anglais. Il n’a pas de sexe. Un arbre est un arbol en espagnol. Il est masculin comme en français. Une vache est a cow en anglais (pas de sexe) et una vaca en espagnol, féminin. Vous saisissez ?

A cow, assexué en anglais. Féminine, en français et en espagnol.

Résultat, les anglophones doivent comprendre ce fonctionnement puis apprendre les accords. Alors qu’apprendre l’espagnol c’est facile pour les francophones, car nous n’avons pas à apprendre son fonctionnement. Et il n’y a que quelques exceptions, mots qui n’ont pas le même genre en espagnol et en français.

Une construction syntaxique similaire

Une autre raison qui prouve qu’apprendre l’espagnol c’est facile pour les francophones, et un autre héritage de la langue romane : la construction syntaxique. Autrement dit la construction des phrases ainsi que l’ordre des mots dans une phrase.

Prenons de suite un exemple :

  • En latin : Illa claudit semper fenestram antequam cenat. Sujet + verbe + adverbe + COD + …
  • En espagnol : Ella cierra siempre la ventana antes de cenar. Sujet + verbe + adverbe + COD + …
  • Et en français : Elle ferme toujours la fenêtre avant de manger. Sujet + verbe + adverbe + COD + …

La structure de phrases : verbe + COD est similaire en français et en espagnol. Une petite différence pour le sujet car en espagnol comme en latin, la prononciation et l’écriture de celui-ci ne sont pas obligatoires. Le sujet est sous-entendu avec l’accord du verbe. Ceci vaut pour les phrases affirmatives comme pour la construction des phrases interrogatives.

L’espagnol, une langue phonétique

Dernière simplicité si l’on peut dire, l’espagnol est une langue sans surprise. Cependant, si cette particularité du castillan nous permet un apprentissage simplifié, il le permet aussi pour les anglophones ou encore pour les germanophones. A savoir : toutes les consonnes et toutes les voyelles qui forment les mots se prononcent telles quelles. Il n’y a pas de lettre muette (sauf le h parfois… et, même, il est respiré !), pas de changement de prononciation. L’espagnol se parle comme il s’écrit, et inversement : il n’y aucune surprise de prononciation en espagnol.

Mi ventana esta cerrada. Ma fenêtre est fermée. A partir du moment où vous savez prononcer toutes les lettres de cette phrase, alors vous savez lire et prononcer cette phrase.

Attention : qui dit facile à apprendre, dit facile à oublier !

Attention, qui dit espagnol facile, ne dit pas aucun apprentissage. Il est vrai qu’en appliquant quelques bonnes méthodes, vous pouvez apprendre l’espagnol rapidement. Mais sans un minimum d’effort, de révisions ou sans l’utiliser régulièrement : vous allez le perdre aussi rapidement. Beaucoup de mes amis qui ont appris l’espagnol au collège et au lycée, ont presque tout perdu. Même les mots qu’ils pensaient justement « amis » psssst oubliés ! Et il est là justement le piège. Etant donné que l’espagnol ressemble au français, nous avons bien souvent l’impression qu’il suffit de pas grand chose pour l’apprendre. Ce qui est vrai. Nous ne faisons alors pas d’effort, ou beaucoup moins, que pour apprendre des langues plus « difficiles ». Mais à ne pas forcer pour l’apprendre, nous ne la mémorisons pas sur le long terme. Résultat : on l’oublie facilement.

Notre conseil aujourd’hui est de passer autant de temps sur l’espagnol que sur toute autre langue. Il faut continuer à réviser vos termes de vocabulaire, continuer à vous entraîner… Au risque de l’oublier en un rien de temps. Le principe est le même, avec notre application pour apprendre l’espagnol : apprenez et révisez régulièrement (idéalement plusieurs minutes par jour) pour avancer rapidement, et l’intégrer dans votre mémoire à long terme.

Ne pas se reposer sur ses lauriers

Enfin si apprendre l’espagnol est facile pour les français, il ne faut tout de même pas minimiser son apprentissage. Pourquoi ?

  • Vous l’avez sans doute déjà compris en écoutant la radio espagnole ou en regardant un film en version originale : les hispanophones ont une vitesse d’élocution particulièrement rapide. Alors vous pouvez connaître beaucoup du vocabulaire, si votre oreille n’est pas habituée, vous aurez du mal à comprendre les natifs. Pour habituer votre oreille, il n’y a pas 36 solutions : il faut regarder des films en version espagnole, des séries, écouter de la musique ou encore écouter des podcasts pour vous habituer à cette rapidité d’élocution.
  • Le vocabulaire espagnol est plus riche que le vocabulaire français. Ainsi s’il est facile d’avoir un niveau basique en espagnol, avoir un vocabulaire riche et un très bon niveau est plus long et fastidieux. Ajouter un « o » ou un « a » à la fin d’un mot français pour en avoir sa traduction en espagnol ne fonctionne pas à chaque fois… Cela fonctionne même rarement. Le vocabulaire espagnol/français se ressemble certes, mais beaucoup de mots espagnols n’ont pas de traduction française à cause de la richesse de la langue. Pour apprendre le vocabulaire, il n’y a pas de secret, il faut l’apprendre un petit peu tous les jours.

En conclusion

Alors oui, on peut en conclure que la ressemblance de l’espagnol avec le français rend son apprentissage plus facile pour nous. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire d’efforts pour autant ! Avec une méthode et des techniques adaptées, vous serez capables de parler rapidement. Mais ce n’est qu’avec de l’entraînement et des révisions que vous serez capables de vous en souvenir longtemps. N’oubliez pas que ce n’est pas parce que c’est facile qu’il ne sert à rien de l’apprendre. Au contraire.

*Les compétences en langues des élèves en fin de scolarité obligatoireN° 12.11 – juin 2012